Histoire du LFA

Tout a commencé en septembre 1979, lorsqu’un groupe de Hambourgeois francophones et francophiles a enfin pu réaliser son souhait de créer une école publique franco-allemande. L’école s’appelait “école franco-allemande” et a commencé avec six ( !) enfants dans un centre de jeunesse sur Bebelallee à Alsterdorf. Quelques années plus tard, cependant, il n’y avait plus assez d’espace ici et l’école a déménagé à Mexikoring dans la Ville-Nord.

 

La cofondatrice de l’époque, Elisabeth Bockelmann, s’est rapidement réjouie de l’augmentation du nombre d’élèves. La raison en est certainement que Hambourg, avec Airbus et d’autres entreprises, s’intègre de plus en plus dans l’économie européenne et que la connaissance des langues étrangères joue un rôle de plus en plus important. En outre, c’est à cette époque que sont apparues les premières études prouvant que les langues étrangères pouvaient être apprises le plus tôt possible et le mieux au contact de locuteurs natifs. L’école franco-allemande a pu offrir les deux et a donc été extrêmement populaire auprès des étudiants français et hambourgeois dès le début.

 

En plus de l’école franco-allemande, il existait également une petite école entièrement française dans la Sierichstraße à Winterhude, qui suivait exclusivement le programme français et était fréquentée par les Français vivant temporairement à Hambourg. Il était clair pour toutes les personnes impliquées dès le début que deux écoles françaises ne pouvaient pas exister à Hambourg à long terme. À partir du milieu des années 1980, les deux écoles ont donc cherché à fusionner. La fusion a été soutenue politiquement par l’influent social-démocrate et futur premier maire Henning Voscherau.

 

En 1987, le moment était venu. L’unification a été décidée dans le Ratsweinkeller. L’école s’appelle désormais “Lycée Français de Hambourg”. Outre Voscherau, un grand partisan de l’école était le rédacteur en chef de l’ARD de l’époque, Heiko Engelkes, qui a passé de nombreuses années à Paris en tant que correspondant et pour qui l’amitié franco-allemande était une grande préoccupation : “Il y a trop peu d’échanges culturels entre l’Allemagne et la France. Cette école est une exception positive.” Cependant, la nouvelle école ne disposait pas d’un emplacement approprié au cours de sa première année. Heureusement, cette situation n’a pas duré longtemps. Ce que l’on appelle le “Pillenknick” a joué en faveur du Lycée : le nombre d’élèves à Hambourg a continué à diminuer dans les années 1980, de sorte que les autorités scolaires ont été contraintes de fermer certaines écoles. Cela inclut le lycée Hartsprung de Lokstedt, qui a été supprimé en 1990. En 1988, le nouveau Lycée a pu s’installer et disposer enfin de salles pour une scolarité régulière. 35 professeurs ont enseigné à environ 400 enfants. À partir de 2000, il était également possible d’obtenir l'”AbiBac”, c’est-à-dire un diplôme combiné allemand-français qui permettait d’étudier en Allemagne et en France.

 

Grâce notamment à la possibilité de l’AbiBac, l’école a connu un énorme afflux d’étudiants, de sorte que les salles de Hartsprung n’ont bientôt plus suffi et que le financement a également atteint ses limites. Sous la direction de la sénatrice de l’époque, Alexandra Dinges-Dierig, l’école a donc obtenu le statut d’une “école alternative privée”, c’est-à-dire que le Lycée s’est engagé à offrir ou à maintenir des diplômes et des contenus éducatifs allemands en plus des diplômes français et qu’il a été financé en retour à plus de deux tiers par les recettes fiscales de Hambourg, de sorte que les frais de scolarité sont désormais très bas. L’amélioration des ressources financières a permis d’effectuer des rénovations pour créer davantage de salles de classe en 2007.

 

Le programme bilingue de l’école est désormais si attrayant pour les parents allemands que Hartsprung, dont le bâtiment était initialement prévu pour un maximum de 600 élèves, compte bientôt près de 1 000 enfants. L’association de soutien de l’école, composée de bénévoles, a aussi naturellement atteint ses limites avec l’administration d’une si grande institution. Comme souvent dans l’histoire de l’école, il a fallu trouver une nouvelle solution, et cette fois, une solution qui assurerait l’avenir de l’école pour toujours.

 

En 2016, Olaf Scholz, alors premier maire de Hambourg, a envoyé une proposition spectaculaire au ministre français des Affaires étrangères de l’époque, Jean-Marc Ayrault : Le lycée privé Lycée Français devait être fusionné avec un nouveau lycée franco-allemand public, pour lequel un bâtiment scolaire moderne devait être construit à Altona. La proposition prévoyait également le maintien de l’école primaire et du jardin d’enfants à Lokstedt sur le site de Hartsprung. La France a été enthousiaste et a immédiatement soutenu le projet.

 

Le sénateur des écoles Ties Rabe a déclaré à l’époque : “Le nouveau lycée franco-allemand de Hambourg est une chance particulière pour toute la ville et un modèle prometteur pour l’avenir, basé sur l’exemple d’autres lycées qui ont fait leurs preuves et qui fonctionnent bien en Allemagne et en France.”

La proposition a suscité beaucoup d’attention positive. Le projet a été présenté dans de nombreuses conférences et événements d’information publique. Le lycée franco-allemand (DFG) est un projet commun de l’Allemagne et de la France visant à renforcer l’idée européenne. Il est jusqu’à présent implanté à Paris (Buc), Fribourg et Sarrebruck. Le DFG sera la première école publique de Hambourg où les enfants, les jeunes et les adultes de deux langues maternelles apprennent et travaillent ensemble. L’idée européenne n’est pas seulement enseignée ici, mais elle est vécue au quotidien grâce à la composition internationale du corps étudiant et du personnel. Le DFG offre aux élèves engagés, particulièrement doués sur le plan linguistique, une très bonne opportunité de développer leurs compétences et de terminer leur parcours scolaire par un baccalauréat international.

 

Entre-temps, la nouvelle école a commencé avec beaucoup de succès. Regardez le film de la cérémonie d’ouverture ici.

Comme le nouveau bâtiment ne sera prêt à être occupé que dans les années à venir, le Gymnase franco-allemand a commencé à Hartsprung en août 2020. La première classe a fait sa rentrée le 12 août 2020. Les parents des élèves de quatrième année intéressés peuvent inscrire leurs enfants pour la deuxième année jusqu’au début du mois de février 2021. La connaissance du français n’est pas un prérequis pour la branche allemande de l’école, car les enfants l’apprennent très vite en classe, mais aussi dans la cour de récréation.

 

Le processus de création de l’école franco-allemande de Hambourg, qui a duré plus de 40 ans et a nécessité plusieurs changements de lieu, de nom et de sponsor, est donc – enfin – achevé.